Emmanuel Macron, un nouveau modèle de transformation des nations?

28 Juin 2017

En Avril 2016, Emmanuel Macron lance son mouvement et passe presque un an à expliquer sa vision de la France de demain et sa place dans le monde. 3000 ateliers d’intelligence collective sont organisés. Le 02 Mars 2017, il signe le « Contrat avec la nation » qui contient les enjeux et objectifs des projets qu’il souhaite lancer. Le 07 mai, il est choisi par les Français pour devenir leur président. 2 semaines plus tard, il démarre sa première tranche de projets prioritaires.

« On se fout des programmes, ce qui importe c’est la vision et un homme pour la porter », nous apprend Emmanuel Macron un matin du 02 décembre 2016, alors que ses concurrents s’acharnent dès le début de leurs campagnes sur les projets à lancer et les mesures à mettre en place.

 

EMMANUEL MACRON EST-IL EN TRAIN DE REVOLUTIONNER LA MANIERE DE FAIRE DE LA POLITIQUE ET MENER LES TRANSFORMATIONS DES NATIONS?

Nous pouvons penser que c’est une démarche inédite qu’on nous propose, surtout que nous avons toujours eu de la part des candidats des promesses sur des projets qui nous parlent et qui sont concrets pour le citoyen.

La démarche d’Emmanuel Macron ressemble à une démarche structurée de management des programmes de transformation dans les grandes entreprises. Une démarche qui peut être inspirée du modèle américain du PMI® – Project Management Institute ou du modèle Britannique de l’APMG®. Ce sont des démarches de transformation qui se concentrent sur la définition d’une vision pour un état futur, l’engagement et le leadership, la gestion des parties prenantes et la conduite du changement.

 

DÉFINIR UNE VISION

Emmanuel Macron nous parle d’une idéologie qui consiste à faire d’abord un diagnostic de l’état dans laquelle se trouve la France et ensuite de définir les transformations et projets nécessaires pour atteindre la cible souhaitée. Le diagnostic est fait selon 3 axes : social, économique et environnemental.

« Bâtir une France nouvelle, qui innove, recherche, crée et vit … Une France qui libère, pour ne plus être bloquée par des règles devenues obsolètes » telle a été la vision d’Emmanuel Macron pour la nouvelle France. La définition d’une vision étant la première étape dans un programme de transformation qu’on retrouve dans les démarches de management de programme du PMI® ou de l’APMG®.

 

ANALYSE DES PARTIES PRENANTES

L’analyse des parties prenantes est un élément très bien illustré dans la démarche d’Emmanuel Macron. Il a tenu pendant la campagne à rencontrer plusieurs acteurs du changement : internes et externes. Il a rencontré les Français mais également les chefs d’état étrangers et futurs alliés. Deux semaines après sa prise de fonction, Emmanuel Macron rencontre personnellement les représentants des syndicats. C’est une partie prenante clé de cette première tranche de la transformation visant à réformer le code du travail.

Il s’agit d’une étape ultime pour obtenir un accord de principe des parties prenantes avant le lancement des chantiers de transformation.

 

IDENTIFICATION DES CHANTIERS CRÉATEURS DE VALEURS

Il est important de signaler que la démarche adoptée par Emmanuel Macron est une démarche orientée « création de la valeur », exactement comme cela est détaillé dans les référentiels du PMI® et .de l’APMG®.

L’objectif des réformes et projets Macron est de créer de la valeur sociale et économique pour le citoyen et pour la France. Il est normal dans ce type de démarche réputées « agile » de changer le moyen annoncé initialement mais la valeur finale reste la même. L’objectif de baisser le chômage ne changera pas, en revanche, les mesures ou les projets à réaliser peuvent changer. L’importance d’avoir le leadership pour expliquer les changements aux Français est donc de mise.

 

DURABILITÉ ET PÉRENNISATION DE LA VALEUR CRÉÉE

Ce qui peut nous interpeller dans l’application de ce type de démarche, est clairement leurs étendues dans le cadre de la transformation d’un pays complexe comme la France. Si dans une organisation, une transformation nécessite en moyenne 3 à 5 ans pour confirmer et collecter les bénéfices escomptés et pérenniser sa transformation alors qu’au niveau de la transformation d’une nation, nous aurions besoin de quelques années en plus. Or, dans 5 ans, la question d’un nouveau leader se posera en France.

Indépendamment du futur président, un changement de démarche peut avoir un effet réellement néfaste sur le processus de création de la valeur dans la société, pire, une démarche volontairement opposée peut contribuer à la destruction de la valeur crée où en cours de création.

Alors, faut-il constitutionnaliser cette nouvelle démarche pour faire la politique ?

Article rédigé par Adil BEZZAR, senior manager chez VIATYS conseil.

UN BESOIN

UNE QUESTION ?

Share This