La transformation digitale au service de la résilience de l’entreprise – Interview de Pierre-Olivier Sicamois

16 Mar 2016

Ni effet de mode ni gadget marketing, la transformation digitale chez Lagardère Active est un véritable atout organisationnel. En toute transparence M. Sicamois, Directeur Technique VP Infrastructure & IT Services chez Lagardère Active, nous explique la démarche, les premières étapes et l’ambition qu’il est chargé de concrétiser. Une interview réalisée par David Satta, Project Manager de la communauté Transformation & Changement de VIATYS conseil.

D. Satta : Je crois qu’il y a du nouveau dans la digitalisation de Lagardère Active ?
P.O. Sicamois : En effet, nous avons annoncé en Avril dernier notre partenariat avec DropBox. Nous équipons tous les employés de Lagardère Active (3000 pers.) d’un compte pro illimité. Notre objectif est vraiment que tous les fichiers utilisés par les collaborateurs soient partagés sur DropBox.

D. Satta : Concrètement, pour les collaborateurs, en quoi consiste ce partenariat ?
P.O. Sicamois : Nos répertoires partagés disparaissent. Tous les P:, Q:, R: aux multiples ramifications ont vocation à être remplacés. L’avantage pour l’utilisateur c’est d’abord de disposer d’un endroit sécurisé sur son poste pour pouvoir stocker ses fichiers et également d’avoir accès à ses documents depuis tous ses devices (ordinateur, téléphone, tablette). Enfin, l’employé peut créer des dossiers partagés dédiés pour le travail avec nos partenaires, clients, prestataires et avoir de façon très simple un espace de travail sur-mesure avec tous le fichiers à jour, pour tous, quel que soit le support.

D. Satta : C’est un grand pas pour “l’entreprise étendue” ?
P.O. Sicamois : En effet, soit nos interlocuteurs disposent déjà d’un compte Dropbox (une personne sur 5 en France) soit ils en créent un gratuitement et accèdent immédiatement aux données du projet

D. Satta : C’est la première fois en France ?
P.O. Sicamois : Bien sûr il y a d’autres clients (Blablacar, des start-up, une filiale de la SNCF) mais aucun de la taille de Lagardère Active, sur la totalité de son périmètre d’information.

D. Satta : Comment sont accompagnés vos collaborateurs pour la prise en main de ce nouvel outil ?
P.O. Sicamois : Le choix d’un outil simple permet de vraiment diminuer le besoin en accompagnement ou en formation. Nous cherchons à créer un modèle de conduite de changement innovant, qui évite d’être trop gourmand en temps ou en ressource.

Pour cela nous nous appuyons sur
– Des communications bien pensées, “sexy”, illustrées avec des vidéos et tutoriaux, en français. – Des ambassadeurs qui apportent leur aide dans le déploiement auprès de leurs collègues et dans la réorganisation des répertoires et des fichiers.
– Un support à double niveau, chez nous et chez Dropbox, toujours en français, directement accessible. Une formation en libre service qui a déjà séduit 250 personnes

C’est un des plus gros changements de ces dernières années chez Lagardère Active. Clairement nous ne cherchons pas à reproduire une démarche déjà connue. Nous testons, ajustons et finalement nous “inventons en marchant”. Il faut garder à l’esprit que la philosophie de l’outil c’est de rendre de l’autonomie aux utilisateurs. Donc logiquement il faut que dans notre démarche de déploiement nous mettions également les collaborateurs en situation de pouvoir être autonome.

PO “Nous mettons les collaborateurs en situation de pouvoir être autonome”

D. Satta : Un collaborateur de Lagardère Active peut donc se passer complètement de tout lien physique avec l’entreprise ? Ne plus y mettre les pieds ?
P.O. Sicamois : Ça ne fait pas partie de nos objectifs… Bien sûr nous facilitons les accès à distance tant du point de vue technologie qu’organisation. L’étape clef, chez Lagardère comme dans beaucoup d’entreprises, ça a été le plan pandémie de Roselyne Bachelot contre la grippe aviaire. Mais la limite du télé-travail, ce sont les questions managériales plus que techniques.

D. Satta : Accéder à son entreprise au bureau comme chez soi ou dans le métro, sur son PC pro ou son téléphone perso : les outils changent-ils le rapport du salarié à l’entreprise ?
P.O. Sicamois :Je dirais plutôt que ce rapport a changé avant les outils. Et ce pour de plus en plus de gens, qui étaient frustrés de ne pas pouvoir le faire … maintenant ils le peuvent enfin.

D. Satta : Voyez-vous une dimension générationnelle, une aptitude particulière de vos collaborateurs avec ce type de technologie ?
P.O. Sicamois : C’est plus facile chez ceux qui ont une culture digitale, bien sûr. Mais chez nous tous les profils co-existent et le changement se déroule sans gros accroc.
Nous avons choisi de très rapidement nous “jeter à l’eau” sans réfléchir à des méthodologies, des process et toutes sortes de schémas …

D. Satta : C’est une démarche qui a surpris ou fait peur ?
P.O. Sicamois : Au contraire, elle a été très bien perçue. On peut parler d’une démarche agile, itérative. Nous avançons et au fur et à mesure adaptons le dispositif de façon très réactive suivant les situations rencontrées. Ces ajustements sont normaux et plutôt un bon signe. Chez Dropbox, c’est le même tempo. Nos interlocuteurs sont très à l’écoute de nos demandes, car eux aussi font leurs premières armes sur ce type de déploiement en France. Par exemple, ils travaillent avec nous sur le développement de nouvelles fonctionnalités ou la création de supports complémentaires.

D. Satta : Donc ce changement c’est à la fois une réponse aux besoins des utilisateurs, un meilleur modèle économique et une plus grande fluidité de travail au quotidien.
P.O. Sicamois : Oui tout à fait … et j’ajoute que c’est de la modernité offerte à l’utilisateur. C’était l’esprit recherché initialement avec ce plan de modernisation du poste de travail ! En plus, travailler avec une jeune boîte innovante, c’est une sorte de bain de jouvence pour nous ! Une excellente façon de se nourrir et progresser.

D. Satta : Est-ce que cela vous amène à faire évoluer votre organisation ou votre management ?
P.O. Sicamois : Non et ça n’est pas le but. Il ne s’agit pas d’une révolution culturelle. Il s’agit simplement de résoudre des problèmes que les gens subissent actuellement (simplification du stockage, envoi de gros fichier, partage à des tiers mieux maîtrisé) et permettre une optimisation des coûts.

D. Satta : Comment réagit la DSI à ce choix ? C’est un choc pour elle non ?
P.O. Sicamois : C’est un projet de la DSI ! L’idée a été lancée sous l’impulsion du DG il y a un an dans le cadre d’un grand plan de modernisation de l’informatique (cloud, déménagement des serveurs chez un hébergeur…). La DSI a donc été moteur sur le sujet.
Bien sûr ça peut créer des peurs, des incompréhensions… Du coup ce sont les personnels de la DSI qui ont été les premiers à bénéficier des comptes Dropbox. Au bout d’un mois toutes les peurs étaient oubliées. Aujourd’hui 3000 personnes sont équipées.

Lagardere-exterieur1 “L’enjeu: être capable d’être très réactif dans les situations d’évolution de périmètre”

D. Satta : Et économiquement ?
P.O. Sicamois : Le ROI est flagrant ! Aujourd’hui la taille de nos serveurs de fichiers double tous les 3 à 5 ans avec des coûts matériels et humains très importants. Et tout s’accélère avec la part de plus en plus importante de la vidéo dans tous nos média, y compris la presse et la radio ! Désormais ce n’est plus à nous à anticiper et gérer la croissance de nos volumes de données.

D. Satta : Quelle est l’étape d’après ? Une logique similaire sur la téléphonie par exemple ?
P.O. Sicamois : C’est le 1er pas, très visible, d’un mouvement de fond vers le cloud et les offres SaaS… Sur toutes les fonctions “régaliennes” de la DSI, nous cherchons à nous appuyer sur des gens qui le font mieux que nous, parce qu’ils le font à (beaucoup) plus grande échelle. Aujourd’hui nous commençons avec Dropbox pour les fichiers. Pour la messagerie et la bureautique nous débutons un déploiement d’Office 365. Pour le CRM nous regardons aussi une offre de Microsoft. Enfin, pour l’hébergement nous amorçons également une réflexion.

D. Satta :En quoi cela sert la stratégie de Lagardère Active ? Quels sont les enjeux ?
P.O. Sicamois : Dans la branche média il nous faut nous assurer la plus grande résilience sur des marchés difficiles.Par ailleurs il faut renforcer notre efficacité dans la pub, qui pèse pour près de moitié dans notre CA (qui est d’environ 1.000.000.000€). Enfin il faut se positionner sur le secteur du digital de façon plus importante.
Nous nous inscrivons dans une stratégie de croissance sur toutes nos activités de production audiovisuelle, en France et à l’étranger.L’enjeu principal pour nous c’est donc d’être capable d’être très réactif dans les situations d’évolution de périmètre. Cela peut-être des cessions d’actifs, comme nous avons eu le cas l’année dernière. Cela peut être évidemment des acquisitions. Et là il s’agit d’être très rapide dans l’intégration des sociétés que l’on acquiert.

D. Satta : C’est une position à la fois offensive et défensive : toujours en mouvement, fort pour défendre ses fondamentaux et rapide pour intégrer ses conquêtes ?
P.O. Sicamois : Oui, c’est ça. Pour en être capable il faut qu’on sache maîtriser et piloter le plus finement nos coûts pour gérer au mieux nos changements de périmètres. In fine c’est mobiliser moins de cash à chaque changement pour être capable de le ré-investir plus vite.

D. Satta : On peut dire que vous vous organisez pour une transformation permanente…
P.O. Sicamois : Oui, c’est l’idée. C’est inhérent au monde du digital.

D. Satta : Si l’on revient à vous directement, quel a été votre plaisir sur ce projet ?
P.O. Sicamois : Il y en a deux. D’abord pouvoir faire quelque chose qui touche tout le monde, régler les problèmes des gens, les amener vers de nouveaux outils.
Ensuite, travailler avec les gens de Dropbox c’est passionnant, parce que ce sont des gens très intéressants, que leur boite l’est et que les aider à comprendre le fonctionnement de grosses entreprises comme la nôtre est un exercice très enrichissant.

Interview réalisée par David Satta, Project Manager de la communauté Transformation & Change de VIATYS conseil

UN BESOIN

UNE QUESTION ?

Share This