Apple et Warren Buffett : un mariage de raison ?

20 Nov 2018

En Mai 2018, le fond d’investissement de Warren Buffett a augmenté sa participation au capital d’Apple. Pourquoi l’investisseur qui s’était toujours tenu à l’écart des GAFAM investit-il autant dans Apple, à une époque où l’entreprise semble avoir atteint son apogée ? Est-ce le signe d’un changement de stratégie ou plutôt la digitalisation de celle-ci ? En rachetant 75 millions de parts supplémentaires, Berkshire Hathaway possède à présent 240 millions de titres de l’entreprise californienne pour un montant de 37 milliards d’euros.
Même si ce chiffre semble astronomique, il ne représente que 5% de la capitalisation boursière d’Apple. A la suite de cette annonce, le cours des actions d’Apple a grimpé de 4% en une seule journée, permettant à son prix de passer la barre des 180USD. Une valeur qui est amenée à augmenter de manière tout à fait naturelle puisque la stratégie d’Apple est de racheter ses propres actions au fur et à mesure, faisant de par la même, augmenter la rareté du titre, et donc sa valeur unitaire. C’est une stratégie mise en place par certaines entreprises afin de sécuriser la gouvernance, rassurer les actionnaires, provisionner des actions qui pourront être revendues avec une plus-value.
S’il peut sembler anodin qu’un fond d’investissement mise sur la réussite d’une entreprise, il est cependant intéressant de se pencher sur la signification de cet investissement. La stratégie d’investissement de Warren Buffett diffère de certains autres fonds d’investissement. La finalité n’est pas la rentabilité à court terme, mais réellement une projection dans le futur («buy and hold»).
Les deux critères décisifs dans ses choix d’investissement sont la valeur intrinsèque et le potentiel de croissance de l’entreprise. Cette méthode s’appuie à la fois sur l’étude de ce que fait l’entreprise mais aussi d’une analyse financière singulière où l’industrie, les produits, l’éthique, le dirigeant, sont des critères tout aussi important que le résultat financier de l’entreprise. Ses décisions d’achat sont des prévisions faites, non pas sur l’avenir du « titre boursier » mais sur le potentiel de l’entreprise à venir. C’est d’ailleurs cette méthodologie et le respect d’un « code » d’investissement qui a permis à Warren Buffett d’éviter la bulle internet des années 2000 et de relativement bien résister à la crise financière de 2008.
Nous pourrions résumer sa technique d’investissement en une phrase : « le risque existe quand on ne sait pas ce que l’on fait » (Blonde, 2017)*. Ce qui signifie qu’il n’investit que dans les entreprises dont il comprend le modèle économique. Encore une fois, c’est certainement grâce à cela qu’il a réussi à traverser les crises tout en évitant les bulles spéculatives. Cette capacité à déceler les bulles transmet un message claire et positif aux marchés et aux investisseurs: Apple n’est pas une bulle et l’entreprise possède encore un potentiel de croissance inexploité ».
En augmentant sa participation chez Apple, le riche américain favorise un climat de confiance, il confirme et partage sa confiance avec les marchés, diffusant le message qu’Apple est une entreprise éthique, créatrice de valeur, et qui sera toujours présente sur le marché dans plusieurs années. Un message qui devrait rassurer les investisseurs et permettre au cours des actions de continuer son ascension.
Jusqu’à son premier investissement chez Apple, Warren Buffett s’était toujours tenu à l’écart des GAFAM, préférant des investissements dans l’industrie et les services : un des derniers gros paris de Warren Buffett avait été de miser sur le futur du ferroviaire. Est-ce que cet investissement massif est axé sur le marché physique d’Apple, à savoir les smartphones et ordinateurs, ou bien Warren Buffett reconnait-il la valeur intrinsèque de la technologie offerte par Apple ? Si tel est le cas, alors le fond d’investissement signe le passage à une nouvelle ère pour les développements futurs de l’entreprise et de ses applications dans la société.
Mais si c’est le cas du passage à une nouvelle ère, pourquoi Warren Buffett n’investit-il pas également dans Microsoft ? La réponse la plus naturelle serait de penser qu’il ne souhaite pas jouer sur les deux tableaux en achetant des actions chez les deux concurrents, ou bien qu’il considère qu’Apple a bien plus de potentiel de croissance. Cette seconde supposition ne semble pas incongrue, puisque Bill Gates, le créateur de Microsoft, reconnait qu’Apple est l’entreprise technologique offrant la meilleure rentabilité (Weinberger, 2018)**. Cependant, il semblerait que la raison principale de l’absence de Berkshire Hathaway à l’actionnariat de Microsoft soit davantage une raison personnelle. Lors d’une interview avec le Wall Street Journal (Rogow, 2018)***, Warren Buffett a déclaré que sa relation amicale avec Bill Gates, depuis 1991, ne lui permet pas d’investir de manière sereine chez Microsoft, dans le risque d’être accusé de délit d’initié au cas où l’entreprise réalise une action stratégique dans les mois qui suivent.
Si à travers cet investissement, Warren Buffett montre son intérêt pour les nouvelles technologies, il divise cette vision entre les technologies de demain et les technologies « spéculatives ». Depuis 2017, il met en garde les investisseurs contre la bulle spéculative du Bitcoin. A ses yeux, cette monnaie virtuelle n’a aucune valeur intrinsèque et n’est qu’une bulle qui coûtera très cher aux investisseurs. Les investisseurs feront-ils confiance à l’expérience de Warren Buffett pour détecter les bulles spéculatives ou bien considéreront ils que son expérience se limite à son domaine d’activité ? Les défenseurs du Bitcoin pensent que le Bitcoin et les autres crypto-monnaies sont de réelles menaces pour les fonds d’investissement tel que Berkshire Hathaway puisqu’ils offrent une rentabilité bien supérieure. Seul le futur pourra nous confirmer si « l’oracle d’Omaha » a encore su prédire une crise majeure : les paris sont ouverts…

*Tancrede Blonde. (2017). Warren Buffett: Sa méthode d’investissement en 4 citations. Forbes Magazine.

**Weinberger, M. (2018). Warren Buffett says he’ll never invest in Microsoft because of his billionaire bromance with Bill Gates. Business Insider UK.

***Warren Buffett Holds Court at Berkshire Hathaway’s Annual ‘Woodstock for Capitalists’. The Wall Street Journal.

Article rédigé par Alexandre De Bayser, consultant confirmé chez VIATYS

UN BESOIN

UNE QUESTION ?

Share This